CATHARSIS : UNE PROCESSION EXTATIQUE VERS DELOS

ΑRNADOS TINOS

 

Du 22 juillet au 15 septembre 2022

 

ENTRÉE GRATUITE

Sous la lumière égéenne éblouissante et le vent purificateur de Tinos, l’exposition d’art contemporain Catharsis : Une procession extatique vers Délos visualise l’articulation instinctive d’une « mythologie de la catharsis » moderne qui réenchante la réalité désenchantée.

L’exposition s’appuie sur les pratiques mystiques, viscérales et chthoniques de purification, qui avaient lieu dans le temple de Poséidon et d’Amphitrite à Kionia Tinos avant que les anciens pèlerins n’aillent à Délos. Entremêlant des structures mythologiques fondamentales avec des approches visuelles contemporaines, Catharsis cartographie l’interrelation organique entre les deux îles sacrées et centres religieux vitaux de l’Antiquité, Tinos et Délos. Cette interaction se concrétise dans la réalisation in situ de la 228e Dissimulation par le célèbre artiste grec Dimitris Alithinos et la première présentation en Grèce de l’artiste émergente Dafni Atha.

Appartenant aux Dissimulations notées, un projet en cours qui a commencé en 1981 comme une « dissimulation de la mémoire » et implique un réseau international de 227 sites, l’immersion d’une œuvre d’art contemporain dans les entrailles terrestres d’Arnados constitue l’homologue séculière du rituel offrandes qui ont précédé la catharsis. Dans ce schéma rituel, la chthōn (terre) qui enveloppe l’objet de la dissimulation – le sacrifice – devient le signifiant des pouvoirs générateurs et destructeurs qui régissent l’art et la vie. Sa rupture brise les frontières entre l’invisible et le visible aiguisant les dimensions cérémonielles de la performance comme un rituel de médiation entre le séculier et le transcendantal. Au fur et à mesure que l’œuvre s’enfonce dans les entrailles d’Arnados, elle transcende la déchéance et la mortalité et entre dans une sphère extra-sensorielle inaccessible.

Le lieu choisi, face à l’île sacrée d’Apollon, le dieu de la lumière, intensifie le caractère mystique de la performance. De la lumière immatérielle à l’obscurité stygienne, la Dissimulation instancie la procession primitive du Soleil – Père – Phallus à la Terre – Mère – Ventre. Parallèlement, l’immersion de l’œuvre dans la terre signale son éloignement du monde physique, son sacrifice.

Dans ce cadre conceptuel, la plasticité anatomique viscérale des surfaces rouges sanguinaires de la série Proliferation de Dafni Atha complète le caractère sacramentel de l’exposition en tant qu’étape préparatoire menant à la catharsis. Evoquant le sacrifice rituel du sang qui a précédé la catharsis, gouttes de peinture non dissoute et résines aux textures humides, Mytilidae et Ostreidae deviennent les éléments fondamentaux de compositions hémorragiques à grande échelle. De plus, les mollusques combinés aux finitions organiques et spongieuses sous-tendent leur corrélation avec les offrandes rituelles d’animaux et de crustacés qui ont été excavés de nombreux sanctuaires insulaires.

Face à l’infinité de la mer Égée et au caractère sacré de Délos, l’exposition en tant qu’une Catharsis contemporaine vise à enlever les « filtres » imposés de l’extérieur qui occultent l’interrelation étroite des deux îles. Ainsi, l’exposition met en lumière l’intemporalité du passé primordial, archaïque et mystérieux de l’île en esquissant une procession extatique à Délos.

L’exposition aura lieu du 22 juillet au 15 septembre 2022, dans le village traditionnel d’Arnados, à Tinos. L’exposition s’est développée en deux parties : la première partie comprenait la Dissimulation de Dimitris Alithinos et la seconde la première présentation en Grèce du travail de Dafni Atha.

L’exposition a été organisée par EuroMare, avec l’historienne de l’art Alia Tsagkari, sous les auspices de la municipalité de Tinos et du festival de Tinos, avec le soutien du groupe Ballis et d’Estia Services.